Compétitivité

Comment favoriser l’innovation pour les patients ?

La baisse de productivité de l’investissement pharmaceutique en R&D ne peut trouver de solution qu’en multipliant les innovations de rupture engendrées par la convergence de nouvelles technologies exploratoires, l’extraordinaire accumulation de données et par le développement fulgurant des réseaux et de la connectivité.

 

Ces innovations, qui constitueront les solutions de santé demain, doivent aussi bénéficier d’une reconnaissance adaptée permettant aux patients un accès sûr et rapide.

État des lieux

- Les innovations ainsi que les modifications technologiques majeures — les innovations de rupture — ne dépendent pas seulement du talent des chercheurs et des moyens financiers mis en œuvre par l’industriel. Elles sont liées structurellement à la courbe d’expérience de l’industrie.
- Dans les industries jeunes à forte croissance, les innovations de rupture sont fréquentes ; dans les marchés mûrs à faible croissance, elles sont plus rares.
- De plus, les grandes ruptures proviennent d’autres métiers en croissance rapide qui diffusent leur technologie dans des domaines en apparence éloignés.

Enjeux

- L’enjeu des industriels du médicament est d’investir en R&D en orientant celle-ci vers des objectifs pertinents compte tenu du cycle de l’industrie et de son positionnement : ils s’appuient notamment sur de nouveaux modèles de R&D en créant de petites unités de recherche indépendantes et concentrées, qui fonctionnent à l’image des biotechs.
- Les industriels doivent donc en permanence challenger leurs équipes de recherche et orienter leurs investissements vers l’innovation de rupture plutôt que vers la simple amélioration de leurs médicaments.
- Parallèlement, les autorités d’évaluation élèvent de façon continue les exigences de preuve : les critères se sont durcis en France ainsi qu’en Allemagne, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Que font les industriels ?

- Avec l’avènement de la superconvergence technologique dans le domaine du médicament (smartphones, santé mobile, réseaux sociaux, capteurs...), il est nécessaire de rebooter les conceptions actuelles du secteur du médicament. Les industriels s’orientent vers l’acquisition de petites sociétés innovantes là où de nouvelles technologies ou de nouvelles formes d’activités semblent prometteuses.

- Ils investissent massivement pour se doter d’une offre digitale innovante permettant l’utilisation de données et de dispositifs médicaux interconnectés.
- Ils demandent une meilleure lisibilité et prédictibilité de l’évaluation des médicaments, adaptée à la reconnaisance des innovations de rupture.

Définition

Destruction créatrice : désigne le processus continuellement à l’œuvre dans les économies où l’on assiste simultanément à la disparition de secteurs d’activité et à la création de nouvelles activités économiques.

(1) Chris Viehbacher, PDG de Sanofi. Ouverture de Biovision. Lyon. Juin 2014