Apport à la société

Comment les industriels s’adaptent-ils aux besoins de la population ?

De nombreuses maladies pour lesquelles des traitements existent ne sont pas prises en charge dans des conditions optimales.   Des  maladies, sans solution thérapeutique, apparaissent  plus complexes à traiter que prévu : c'est le cas des maladies chroniques liées au vieillissement, des maladies neurodégénératives, des maladies dites « de société » comme l’obésité, le diabète ou la dépression.   Face à ces besoins, la mobilisation des entreprises du médicament reste forte : plus de 5 000 molécules1 sont actuellement testées ou développées dans les laboratoires mondiaux.


État des lieux

- Chaque année, environ 3 millions de personnes2 en France souffrent de dépression (3 à 7 % des adultes), les femmes étant atteintes deux fois plus souvent que les hommes. Cette maladie entraîne 50 % des arrêts maladie prescrits.
- En France, 80 000 personnes sont atteintes de sclérose en plaques3. C’est la deuxième cause de handicap chez les jeunes adultes après les accidents.
- L’asthme touche 4 millions de personnes4 en France. 9 % des enfants et 6 % des adultes sont concernés par cette maladie chronique fréquente et à l’origine de 1 000 morts par an.

Enjeux

- La pluridisciplinarité : une dimension fondamentale pour la médecine de demain. Tout un ensemble de disciplines scientifiques et de technologies sont impliquées dans la découverte de nouveaux médicaments et se nourrissent mutuellement : il s’agit des technologies de l’information, de l’imagerie, de la bio-informatique, de la modélisation, des nanotechnologies, de la génomique, de la protéomique…
- Les verrous technologiques : un programme de recherche biomédicale est toujours établi avec un calendrier technique précis, sous réserve de ne pas buter sur des verrous technologiques. Ceux-ci peuvent malheureusement survenir à un stade avancé des essais.
- L’explosion des data : la quantité de données explose chaque année et les biologistes se retrouvent à gérer des volumes massifs d’informations — séquences génétiques ou protéiques, etc… — qu’il s’agit d’analyser et de comparer.

Que font les industriels ?

- Ils développent de nombreux médicaments dans des champs pathologiques pas suffisamment ou non couverts : 80 % des projets de développement5 en cours concernent des médicaments contre les maladies dégénératives, les cancers et les maladies chroniques.
- Des médicaments sont actuellement développés contre des maladies qui, jusqu’ici, avaient peu ou pas de solutions thérapeutiques, notamment le cancer de l’ovaire6 (158 projets de médicaments), le cancer du poumon à petites cellules (41 projets), etc…
- 452 médicaments ou vaccins7 sont actuellement en développement dans le monde pour EMA : European Medicine Agency prendre en charge des maladies rares.
 
EMA : European Medicine Agency
 
(1) Chiffre PhRMA. Disponible sur www.phrma.org
(2) Chiffres Maria Melchior, chargée de recherche à l’Unité Inserm 1018 « Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations ». « Le Figaro santé ». 1er novembre 2013.
(3) Chiffres Pr Jean Pelletier. CHU La Timone, Marseille. « Le Monde » 25 mars 2014
(4) Chiffres de l’Institut national de veille sanitaire, INVS
(5) Chiffre extrait du rapport « Health and Growth ». 2013. Page 43
(6) Chiffres extraits de « Medicines in the Pipeline ». PhRMA. 2013
(7) Chiffres extraits de « Medicines in Development : Rare Diseases ». PhRMA. 2013