Production

Comment la qualité des matières premières des médicaments est-elle contrôlée et préservée ?

La qualité des matières premières est d’une importance majeure pour garantir la qualité des médicaments, et l’industrie y porte une attention toute particulière.   Elle développe ses outils de gestion du risque qualité et supporte les initiatives européennes de contrôle et d’inspection gérées par l’Agence européenne des médicaments (EMA) et par la Direction européenne de la qualité du médicament et des soins de santé (DEQM).


État des lieux

- Certains pays – l’Inde ou la Chine, notamment – sont devenus les principaux fournisseurs de principes actifs. Les matières premières non fabriquées en Europe se doivent répondre aux normes de qualité des pays dont elles proviennent.
- L’importation en Europe de matières premières provenant de pays tiers impose que la qualité soit au minimum équivalente à celle exigée par les référentiels qualité européens (bonnes pratiques, pharmacopée...) et conforme aux normes de qualité décrites dans la Pharmacopée européenne. Lorsque la monographie existe, le fabricant peut faire une demande auprès de la DEQM (voir ci-contre) dans le cadre de la procédure de certification de conformité aux monographies de la Pharmacopée européenne.
- Ce document pourra ensuite être utilisé pour chaque demande d’autorisation sur le marché (AMM) concernant un produit contenant cette substance.

Enjeux

- Les normes de bonnes pratiques de fabrication ne sont pas harmonisées dans le monde. Des inspections en dehors de France sont régulièrement réalisées par les autorités européennes et par les autorités locales, mais la mondialisation conduit à une multiplication des acteurs intervenant dans la fabrication des matières premières, si bien qu’il est impossible d’inspecter régulièrement toute la chaîne de fabrication de toutes les matières.
- Une directive européenne anti-falsification, publiée le 1er juillet 2011, prévoit l’établissement d’une liste de pays tiers équivalents, dans lesquels les standards de bonnes pratiques de fabrication auront été évalués et jugés équivalents aux nôtres ; l’approvisionnement en matières premières dans des pays non listés devra être tout particulièrement surveillé et contrôlé.

Que font les industriels?

- Ils essayent d’anticiper au maximum les risques potentiels en renforçant les contrôles in situ en pays tiers (audits) et en sécurisant les circuits d’approvisionnement et de distribution pour éviter l’introduction de falsifications lors des transferts.
- Ils contrôlent de manière approfondie les matières premières à réception pour déceler les éventuelles non-conformités avant mise en fabrication.
- Ils envisagent, à chaque fois que c’est possible, pour les matières premières essentielles, un « multi-sourcing » avec un site en Europe pour éviter les ruptures d’approvisionnement.

Définition

DEQM :c’est la Direction européenne de la qualité du médicament et des soins de santé. Elle établit et met à disposition des normes officielles,applicables dans tous les États signataires de  la Convention relative à l’élaboration d’une Pharmacopée européenne et au-delà, en matière de fabrication et de contrôle qualité des médicaments.Elle veille à l’application de ces normes aux substances utilisées pour la fabrication des médicaments.
 
(1) Dossier : « La qualité de la chaîne du médicament à l’heure de la mondialisation ». Les Cahiers de l’ordre national des pharmaciens. Mars 2014
(2) http://www.edqm.eu/fr. Bilan 2014
(3) Ibid.cité
(4) Rapport d’activité. ANSM. 2013