Contribution

Où en est l’emploi dans l’industrie du médicament ?

L’industrie du médicament résiste à la crise mondiale mais l’emploi enregistre pour la cinquième année consécutive une baisse de ses effectifs directs.   Le risque d’une aggravation de la situation existe dans les années à venir, notamment — et c’est un fait nouveau — dans les emplois de production.   Autre challenge : les nouvelles solutions de santé (biomédicaments, biomarqueurs…) mises au point, nécessitent une gestion de l’évolution de l’emploi plus fine et prospective pour répondre aux besoins en compétences de demain

État des lieux

- La position de l’industrie du médicament en France est en recul en termes d’emploi et de recrutement par rapport à la période écoulée (- 0,94 % de ses effectifs en 2012 par rapport à 2011. En dix ans, les effectifs ont baissé de 3,3 %).
- En France, les investissements productifs dans le médicament, ont baissé de 44 % ces quatre dernières années. La diminution de l’emploi concerne en premier lieu la commercialisation et notamment la visite médicale, mais également les fonctions « supports ».
- Le secteur du médicament connaîtra plus de 14 500 départs à la retraite d’ici 2020 (14 % des effectifs) auxquels s’ajoutent près de 23 800 départs (22,9 %) liés au turnover naturel.

Enjeux

- La rationalisation de la production industrielle, l’évolution de la pharmacopée (essor des génériques et des médicaments issus des biotechnologies), ainsi que le fort soutien aux activités de recherche dans les pays concurrents fragilisent la situation de l’industrie française du médicament.
- L’emploi se déplace, des gisements se redéfinissent en production : spécialités biotech, sous-traitance (y compris de génériques).
- La nature des emplois, la complexité des disciplines scientifiques et les évolutions technologiques exigent un niveau élevé de qualification et de nouvelles compétences. La préparation des métiers et des talents du futur nécessite de rapprocher entreprises et universités et d’améliorer la visibilité sur l’offre de formation.

Que font les industriels ?

- Ils anticipent l’évolution de la production pharmaceutique à forte valeur ajoutée de plus en plus liée à la localisation des sites de recherche, des plateaux techniques et de la production de lots cliniques. Ils soutiennent ainsi l’émergence de quelques plateformes de recherche et de formation en sciences de la vie pour offrir les meilleurs cursus et mutualiser les moyens disponibles.
- Ils veulent faciliter l’intégration des jeunes dans les industries de santé, notamment via le développement d’une politique renforcée de l’alternance et d’un programme d’anticipation des mutations de l’emploi.
- Ils consacrent en moyenne 3,6 % de leur masse salariale à la formation, un effort 20 % supérieur à la moyenne nationale des autres industries.
 
(1) Enquête sur l’emploi des entreprises du médicament. Données consolidées au 31/12/2012. Tous les chiffres de cette fiche sont extraits de réalisée par la Direction des
affaires industrielles, sociales et de la formation du Leem