Les médicaments de demain

La France est-elle bien placée dans le domaine de l’immunothérapie ?

L’immunothérapie apparaît comme une voie de recherche prometteuse, car elle aborde avec de nouvelles approches des maladies fréquentes et répandues : cancer maladies chroniques (polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, diabète).   L’expertise française en immunothérapie est historiquement    forte      mais gagnerait à être renforcée dans certaines approches à fort potentiel d’innovation (immunothérapies cellulaires, immunomodulateurs…).

État des lieux

- L’immunothérapie est un traitement qui consiste à administrer des substances qui stimulent ou modifient les défenses immunitaires.
- Son objectif est de stimuler les mécanismes immunitaires, c’est-à-dire les réponses immunes quand celles-ci sont insuffisantes : on parle alors d’immunostimulation. Dans certains cas, l’immunothérapie permet de juguler l’immunité : on parle alors d’immunosuppression, quand la réponse immune est excessive ou encore indésirable.
- L’immunothérapie est un champ thérapeutique en pleine évolution qui utilise des outils de plus en plus sophistiqués : fragments d’anticorps couplés à des radioéléments, à des récepteurs, à des peptides.

Enjeux

- L’immunothérapie apparaît comme un vivier d’innovations thérapeutiques, dont l’exploitation commence à peine.
- Avec les vaccins, les anticorps et les interférons, l’immunothérapie révolutionne la prise en charge des maladies infectieuses, de certains cancers « résistants » et de maladies auto-immunes invalidantes (sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante).

- L’implantation de la filière de l’immunothérapie et de ses maillons en France – recherche académique, plateformes technologiques, biotechs, laboratoires pharmaceutiques – est donc stratégique pour la compétitivité industrielle française et pour les malades.

Que font les industriels ?

- Ils s’appuient sur l’excellence française en immunologie et en vaccinologie pour mettre au point de nouveaux traitements : 58 sociétés de biotechnologies3 et 7 sociétés pharmaceutiques travaillent dans le champ de l’immunothérapie.
- Ils orientent leur R&D en oncologie vers des approches utilisant l’immunologie : « Sans une mobilisation correcte du système immunitaire, on ne parviendra pas à contrôler durablement une tumeur ni à guérir une maladie métastatique.4»
- Ils utilisent l’immunologie pour développer 99 vaccins contre le cancer5 dont 13 vaccins en phase III contre les cancers du sein, de l’ovaire, du rein, de la prostate et de la peau.
 
(1) Chiffres extraits de l’étude « Renforcer la filière immunothérapie en France » Leem. 2012
(2-3) Chiffres. Étude Leem. Ibid.cité
(4) Laurence Zitvogel. Gustave Roussy. Interview. « Le Monde ». 13 janvier 2014
(5) PhRMA. Medicines in Development. Cancer Report 2013