Confiance

Pourquoi le conditionnement des médicaments est-il si important pour le patient ?

Le conditionnement protège le médicament dès sa mise à disposition dans le circuit pharmaceutique. Les industriels, conscients de l’impact de l’emballage et de la lisibilité des conditions d’utilisation sur le bon usage du médicament, ont multiplié les initiatives pour améliorer les conditionnements de leurs produits et l’information qu’ils transmettent aux patients.

État des lieux

- Le conditionnement n’est pas seulement le contenant immédiat du produit(conditionnement primaire) : il recouvre à la fois la boîte en carton (conditionnement secondaire) renfermant le flacon ou la plaquette qui contiennent le médicament et le dispositif de préparation ou d’administration du médicament et sa notice.
- Ces divers éléments ont des fonctions complémentaires, la boîte étant le premier support d’information, tandis que le conditionnement primaire vise notamment à protéger le médicament des chocs, de la lumière ou des écarts de température.
- Le conditionnement fait partie — au même titre que l’ensemble des résultats des études cliniques, des études de toxicologie et de pharmacologie ainsi que des processus de fabrication et de contrôle — du dossier de demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) auprès des autorités de santé.

Enjeux

- Le conditionnement est un garant de la sécurité et de l’intégrité du médicament. Lorsqu’il est développé par l’industriel, il garantit au mieux l’utilisation et la conservation du médicament ainsi que sa sécurité d’utilisation.
- Un conditionnement bien conçu permet d’identifier précisément le médicament et ses dosages, et d’éviter des confusions au moment de la délivrance à la pharmacie ou de son utilisation.
- La taille du conditionnement n’est pas du seul ressort de l’industriel : elle est adaptée à la posologie et la durée de traitement de chaque médicament.

Que font les industriels ?

- Ils améliorent sans cesse leurs conditionnements pour garantir le bon usage du médicament avec la mise au point d’unidoses stériles pour conserver les collyres ou encore de flacons avec bouchons de sécurité pour éviter l’ouverture par un enfant.
- Ils luttent contre la contrefaçon en généralisant l’intégration à leurs boîtes de systèmes d’inviolabilité et de traçabilité (code-barres, hologrammes, étiquettes de sécurité…).
- Ils s’opposent à la dispensation à l’unité qui entraînerait notamment un risque de dégradation des médicaments déconditionnés et une rupture de la traçabilité et de l’identification du médicament.
 
(1) Ces mentions obligatoires sont prévues par le Code de santé publique
(2) Le guideline (ICH) fixe les conditions dans lesquelles tester le médicament et vérifier qu’il ne se dégrade pas dans le temps, en procédant à des études de stabilité en conditions réelles pour vérifier notamment la teneur en principe actif. Les laboratoires réalisent donc des études de stabilité, longues, onéreuses et mobilisant du personnel et du matériel spécifique (étuves, réactifs, matériel d’analyse). Les autorités sanitaires vérifient que les règles strictes qu’elles ont édictées sont bien respectées par les laboratoires