Innovation

Pourquoi y a-t-il de plus en plus d’associations médicament-biomarqueur ?

Associés aux médicaments, les biomarqueurs améliorent la qualité et l’efficacité des solutions thérapeutiques.Ils permettent non seulement d’offrir des traitements ciblés mais sont également utilisés pour le dépistage et la collecte d’informations prédictives visant à toujours mieux soigner les patients.


État des lieux

- Les biomarqueurs ne sont pas un concept nouveau : la mesure de la concentration en glucose dans le sang, par exemple, est utilisée depuis des décennies. La mesure du PSA (prostate specific antigen) pour détecter un cancer de la prostate ou des Gamma GT pour une maladie du foie font partie de l’arsenal « classique » de la médecine.
- Depuis 1997, la pharmacogénomique a permis l’accélération du développement des biomarqueurs compagnons. Le petit nombre de patients répondeurs aux thérapies actuelles pousse à l’utilisation croissante d’associations médicament-biomarqueur.
- Ces biomarqueurs permettent non seulement de mesurer l’efficacité d’un nouveau médicament et de sélectionner les patients pour qui la thérapie sera la plus adaptée mais aussi de surveiller le développement de la maladie et les effets du traitement. De tels biomarqueurs, outils d’orientation thérapeutique, sont appelés biomarqueurs compagnons.

Enjeux

- La découverte et la validation de biomarqueurs, visant à identifier et sélectionner des groupes de patients homogènes, éligibles à des médicaments adaptés très précisément à leur maladie, constituent un nouvel enjeu pour les industriels, engagés dans la mise au point de traitements de plus en plus personnalisés.
- L’association médicament-biomarqueur s’inscrit dans une dimension stratégique et économique. Le biomarqueur compagnon a en effet la capacité de transformer le développement et la mise à disposition d’un nouveau médicament en un processus plus rapide et moins coûteux :
• plus rapide : il peut jouer un rôle à un stade préclinique de développement de nouveaux médicaments et faciliter ensuite la prise de décision de passer du stade préclinique à un essai clinique. Il permet aux thérapies les plus efficaces d’atteindre le marché de manière plus efficiente. • moins coûteux : il réduit le nombre d’échecs thérapeutiques en permettant d’identifier des sous-groupes de patients.

Que font les industriels ?

- Ils intègrent les biomarqueurs dans toutes les étapes de la chaîne de recherche de développement et de valeur de l’industrie pharmaceutique.
- Ils sont poussés au développement de biomarqueurs par les autorités réglementaires et les pouvoirs publics, compte tenu de leur impact sur la qualité, l’efficacité et le coût des soins. Il est donc urgent d’anticiper cette montée en puissance des tests.
- Ils mènent des travaux en étroite collaboration avec les autorités de santé pour élaborer des processus cohérents d’enregistrement, d’évaluation et d’accès au marché des associations biomarqueur-médicament.
 
(1) « Le biomarqueur comme outil de diagnostic compagnon de produits thérapeutiques : impact sur la R&D et sur les modèles économiques des industriels de la santé », étude publiée en octobre 2012 et disponible sur www.leem.org