Promouvoir et défendre l’éthique

Les Entreprises du Médicament, acteurs engagés de la santé

  • 29.06.17

Les enjeux de santé sont chaque jour plus complexes, les attentes des patients chaque jour plus impérieuses. Face aux maladies, la lutte engagée par les entreprises du médicament s’appuie, en France, sur les compétences et l’engagement de près de 100 000 collaborateurs.

Priorité à l’innovation

Dans ce secteur industriel de haute technologie, la France a conquis une position élevée : elle dispose à la fois de structures de recherche de pointe, et d’infrastructures de production performantes, réparties sur tout son territoire. Cet héritage est cultivé et fructifié au travers d’une stratégie d’investissements dans les outils de production, et dans ceux de la recherche.

L’industrie du médicament est ainsi l’un des secteurs économiques dont l’effort de recherche est le plus important : 9,8 % du chiffre d’affaires des entreprises y est consacré, et près de 4,5 milliards d’euros sont investis annuellement en France, à 99 % sur fonds propres. Les effectifs de R&D en France représentent aujourd’hui près de 20 000 personnes, dont plus de 10 000 chercheurs ingénieurs, qui œuvrent pour la recherche au sein des entreprises.

Une stratégie d’alliances

Les entreprises du médicament sont conscientes de la nécessité d’unir leurs efforts avec ceux des grands acteurs de la recherche académique, afin de pousser plus loin les performances françaises en termes d’innovation thérapeutique, et préparer les "révolutions" de demain : médecine personnalisée, révolution des biotechnologies, qui constituent un formidable défi, tant en termes de recherche qu’en termes de production.

La mutation qu’elles sont en train d’opérer se joue à l’échelle internationale. Leur préoccupation, largement partagée par les grands instituts de recherche publique, est de continuer à faire, demain, la course en tête. Cet objectif est possible en travaillant dans une logique partenariale. C’est ainsi que les entreprises du médicament ont déjà pris l’engagement, dans le cadre du Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), de doubler d’ici 2012 les montants consacrés aux opérations conduites par le privé avec les grands instituts de recherche publique.