Compétitivité

Quel est l’avenir de la production industrielle en France ?

La production pharmaceutique en France possède des atouts fondés sur un tissu industriel de 224 sites dotés d’une expertise technologique et logistique développée. La France continue de compter parmi les grands producteurs mondiaux et occupe la deuxième place en Europe en termes d’emploi.   Elle est cependant fortement concurrencée par ses voisins européens. Il est urgent de renforcer les positions dans la production de médicaments  traditionnels, mais également de développer la bioproduction (vaccins notamment), génératrice d’investissements.

État des lieux

- L’emploi pharmaceutique industriel3 en France se fragilise progressivement : les 40 800 emplois de production sont générés à 85 % par des molécules chimiques dont les trois quarts sont des produits matures.
- Les molécules commercialisées ces huit dernières années ne représentent que 10 % des emplois.
-  Ces dernières années, les sites de production biologique ont généré 45 % des investissements4 alors qu’ils représentent 15 % de la production pharmaceutique.

Enjeux

- L’emploi industriel pharmaceutique au sens large génère une valeur sociétale5     de 7,2 milliards d’euros (écosystème de la filière santé). La balance de la production de médicaments est excédentaire de 8,4 milliards d’euros en 2013.
- La diminution progressive de l’attractivité de la France freine le renouvellement des portefeuilles des sites cantonnés aux molécules matures avec un risque de décroissance inexorable à long terme.
- La France ne parvient pas à capturer les lancements de médicaments et à assurer le renouvellement de son activité industrielle : sur les 130 nouvelles molécules6 (hors génériques) autorisées par l’Agence européenne du médicament (EMA) entre 2012 et 2014 (juin), 8 seulement seront produites par un site français.

Que font les industriels ?

- Ils tirent le signal d’alarme : la production industrielle pharmaceutique doit être relancée en France. L’emploi pharmaceutique, y compris industriel, se fragilise progressivement : même si la France se situe à la deuxième place en nombre d’emplois, elle figure à la huitième place européenne en termes de ratio (nombre d’emplois pour 1000 habitants), derrière la Suisse, l’Irlande et la Belgique.
- Ils proposent notamment de restaurer une politique conventionnelle valorisant la production en France dans la fixation du prix/stabilité du prix. Ils souhaitent également que les conditions d’accès au marché soient améliorées en termes de délai d’obtention de l'autorisation de mise sur la marché (AMM) et du prix pour redonner de la confiance.
- Ils veulent consolider les capacités de bioproduction en instaurant un guichet unique  permettant la   concentration et la mise à disposition des capacités de bioproduction.
 

(1) Étude Roland Berger. 2014. « Comment relancer la production pharmaceutique en France ? »
(2) Ibid.cité
(3) Chiffres extraits de l’étude Roland Berger. 2014
(4) Chiffres extraits de l’étude A.D.Little. 2014. « Obser-vatoire des investissements productifs de l’industrie du médicament »
(5-6) Chiffres extraits de l’étude Roland Berger. 2014