Ecosystème

Quel est le poids de l’industrie du vaccin ?

L’industrie du vaccin est très typique de la nouvelle économie de la connaissance, fondée sur la recherche, les biotechnologies et les plateformes technologiques.   Son importance dans la sécurité sanitaire d’un pays en fait aussi un enjeu politique, voire stratégique, de première importance. L’industrie du vaccin est donc un acteur clé de la compétitivité globale européenne.


État des lieux

- L’industrie mondiale du vaccin est très concentrée du fait même de la spécificité de sa production. Elle exige des investissements considérables par rapport à ceux des médicaments classiques : la R&D représente en effet plus de 20 % du chiffre d’affaires des laboratoires de vaccins et nécessite des savoir-faire pointus et des équipements sophistiqués, ainsi que l’établissement de partenariats.
- L’industrie du vaccin est tournée vers l’exportation — 85 % de la production française4 est exportée — et difficilement « délocalisable » compte tenu de l’extrême rigueur de ses techniques de production et de ses processus de contrôle qualité.
- Le secteur du vaccin est ainsi devenu progressivement un pourvoyeur d’emplois important : plus de 6 000emplois directs en France5 .

Enjeux

- Les industriels européens produisent 80 % des vaccins6 utilisés dans le monde. Ils exportent 84 % de leur production, soit 3,5 milliards de doses par an. L’Europe attire 65 % des projets d’investissement en recherche.
- Parmi les 324 principaux sites de production mondiaux7, plus de 60 % sont en Europe. Treize pays européens accueillent ces sites de production qui emploient plus de 20 000 personnes. Dans le reste du monde, cinq pays sont dotés de tels sites, la plupart en Amérique du Nord.
- La France, à égalité avec l’Allemagne, abrite trois centres de R&D et deux centres de production, ainsi qu’un pôle de compétitivité mondial consacré à l’infectiologie et basé à Lyon.

Que font les industriels?

- Ils développent 271 vaccins8 dont 137 contre des maladies infectieuses, 99 contre les cancers 15 contre les maladies allergiques et 10 contre des maladies neurologiques. Des vaccins contre la fièvre dengue, le VIH, la malaria, l’herpès, les hépatites C et E, notamment, sont en phase III d’essais cliniques.
- Ils s’appuient sur de nouvelles technologies sophistiquées et le développement des connaissances, notamment en biologie moléculaire, en génomique et en immunologie, pour renforcer la vaccination, améliorer certains des vaccins existants ainsi que leur mode d’administration (voie orale, nasale…).
- Ils attirent encore la majeure partie des projets d’investissement de recherche, en dépit de la concurrence des pays émergents (Inde, Chine, Brésil).
 
(1) Vaccines Europe. Facts and Figures. 2013
(3) Ibid.cité
(4 et 5) Fiche Comité vaccins du Leem. Disponible sur www.leem.org
(6) Vaccines Europe. Facts and Figures. 2013
(7) Ibid.cité
(8) PhRMA. « Medicines in Development » Vaccines Report. 2013