Maladies des os et des articulations

Quels progrès dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde ?

Peu de pathologies rhumatologiques ont connu autant de progrès thérapeutiques que la polyarthrite rhumatoïde (PR) au cours des dix dernières années.   Les progrès rapides réalisés dans la prise en charge de la PR préfigurent le modèle de recherche et de développement à adopter pour vaincre ces maladies : identification de mécanismes en jeu dans l’inflammation, développement d’un médicament ciblé sur ce mécanisme, extension de la recherche à d’autres mécanismes inflammatoires et développement d’autres médicaments ciblés…

État des lieux

- La polyarthrite rhumatoïde est une pathologie chronique invalidante qui toucherait entre 0,3 et 1 % de la population mondiale5 . Elle fait partie de la grande famille des maladies que l’on regroupe sous le terme de « rhumatisme ».

- Elle englobe une centaine de maladies différentes dont l’arthrose, les rhumatismes inflammatoires chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante… Ces maladies ont en commun d’associer douleurs et difficultés de mouvement et de locomotion et peuvent conduire à des situations de handicaps majeurs.

- Elles sont trop souvent considérées comme des maladies de personnes âgées, alors qu’elles peuvent se manifester à tous les âges et qu’elles constituent le premier motif de recours6 aux soins, dans notre pays et la cause majeure de congés maladie, d’hospitalisation, de handicap physique et de retraite anticipée.

Enjeux

- Grâce à la meilleure connaissance de ses mécanismes et à la révolution des biomédicaments anti-TNF, la PR a pu bénéficier de progrès considérables.
- Grâce aux anti-TNF alpha, près de 70 % des patients résistants au méthotrexate, premier traitement contre la PR, connaissent une amélioration de leur situation7, avec 20 % de rémission durable.
- L’utilisation de thérapies ciblées a été déterminante dans le traitement de la PR et les recherches continuent pour identifier de nouveaux responsables de la destruction articulaire. Un essai clinique est en cours sur un vaccin dirigé contre les propres cytokines TNF des patients.

Que font les industriels ?

- Ils ont mis à la disposition des malades 9 biomédicaments (5 médicaments anti-TNF, 2 anticorps monoclonaux) et 4 médicaments chimiques (corticoïdes, méthotrexate).
- Ils développent 55 nouveaux médicaments2, dont 1 en phase d’évaluation, 9 en phase III,
24 en phase II et 21 en phase I.
- Ils ont organisé en octobre 2013 les 5e Rencontres internationales de recherche sur le thème des maladies inflammatoires réunissant 27 industriels et 59 équipes académiques françaises.
 

(1) Chiffre issu de l’intervention du professeur Marie-Christophe Boissier. RIR - Rencontres internationales de recherche 2013. www.ariis.org
(2) PhRMA. Medicines in Development Arthritis. 2014 Report
(3) Chiffres issus de la fondation arthritis. www.fondation-arthritis.org
(4) Ibid.cité
(5) Communiqué OMS. 2013
(6) Chiffre publié par l’EULAR, European League Against Rheumatism, www.eular.org
(7) Interview du professeur Marie-Christophe Boissier, directeur de l’Unité Inserm U1125 « Physiopathologie, cibles et thérapies de la polyarthrite rhumatoïde » 7 février 2014