Fondation des Entreprises du Médicament pour l’accès aux soins

Regards croisés sur la Fondation

  • 11.04.12

“L’intérêt d’une Fondation des Entreprises du Médicament… ”

 

Dominique Mangeot, Président de la Fondation des Entreprises du Médicament
« À partir du moment où nous nous sommes rencontrés, où nous nous sommes parlés, dans un respect mutuel, cela a changé du tout au tout nos relations. De l’indifférence qu’elles imaginaient, de la part de groupes comme les nôtres, les entreprises pharmaceutiques redevenaient, à leurs yeux, simplement humaines… Et, au lieu de la perception que nous pouvions avoir, nous avions devant nous des gens qui avaient de la compétence, des dossiers solides, de l’envie… tout ce dont nous avons besoin dans ce pays ! »

Jean-Noël Bail, Président du Comité RSE du Leem
« Dans le cadre de notre stratégie de responsabilité sociétale des entreprises, les activités de la Fondation incarnent une démarche globale de prise en charge des patients. Les Entreprises du Médicament se positionnent ainsi, au-delà de leur rôle traditionnel, en prenant en compte l’ensemble de leurs responsabilités par rapport à la société, à l’environnement et à certaines problématiques de santé particulières — maladies rares, pathologies chroniques et inégalités sociales  de santé.  »
 
 

Aymeric Audiau, Directeur général  d’Alliance Maladies Rares

http://www.alliance-maladies-rares.org/
200 associations pour 2 000 maladies • 1 personne sur 20 atteinte d’une maladie rare
 
“Ce qui a convaincu la Fondation de nous accompagner…”
« Nous sommes un collectif de deux cents associations, créé le 24 février 2000 et qui, s’il peut paraître jeune, s’est développé très vite pour prendre toute sa place dans le paysage de la santé publique en France. Nos actions ? Nous aidons et soutenons nos membres en  leur proposant de l’information, de la formation, des séminaires. Au-delà, nous leur apportons toute la puissance d’un collectif pour défendre les malades auprès des pouvoirs publics, tant au niveau national que régional – où désormais toutes les politiques de santé publique se déclinent. »
 
“Ce que nous apporte la Fondation…”
« Nos 19 délégués régionaux jouent le rôle de relais de proximité et beaucoup de bénévoles issus de nos associations membres soutiennent nos activités. Nous réunissons régulièrement nos délégués régionaux à Paris pour les informer sur les politiques de santé et les orientations stratégiques d’Alliance  Maladies Rares et les mettre en pleine capacité d’exercer leurs missions. Par son soutien, la Fondation nous aide tous les jours à développer nos actions de représentation et de plaidoyer pour les malades en région. »
 
 
Éléonore Morel, Directrice générale de l’association Primo Levi

http://www.primolevi.org/
Actions de soutien psycho-social à destination des personnes en exil en France et victimes de la torture et de la violence politique dans leur pays d’origine.
 
“Ce qui a convaincu la Fondation de nous accompagner…”
« Une aide qui se traduit concrètement. Accompagnement juridique, social, formation, information, action et témoignage : 5 500 consultations dont 1 780 avec interprète. L’Association  Primo Levi  a  été créée il y a quinze ans —  avec le soutien de grandes associations comme Médecins du Monde ou Amnesty International. Tout part du constat d’une carence dans la prise en charge des  soins  médicaux  et  psychothérapeutiques  adaptés  aux souffrances  multiples  et  complexes  des victimes  de la torture et de la violence politique. Le cœur de notre activité, c’est un centre de soins, en plein cœur de Paris, qui accueille chaque année plus de 300 patients, des  hommes, des  femmes et des  enfants, victimes de violences dans leur pays d’origine et aujourd’hui réfugiés en France. Ces  personnes vivent la plupart du temps dans une grande précarité et rencontrent de nombreuses difficultés juridiques et matérielles. Pour leur éviter d’errer d’un service à un autre pour trouver  soins et soutien, le centre leur permet de bénéficier, dans un même lieu, de l’assistance d’un médecin, d’un psychologue, d’un assistant social, d’un juriste. Pour ces personnes qui ont tout perdu, qui n’ont plus de repères, cet ancrage fondamental permet de recréer une situation de confiance, indispensable préalable au soin. »
 
“Ce que nous apporte la Fondation…”
« Les deux domaines que nous avons le plus de mal à financer sont, paradoxalement, le soin et les frais d’interprétariat. Ce dernier poste représente 10% de notre budget. Il est indispensable à notre pratique. Ces personnes ont souvent tout perdu et  la seule chose qui leur reste, c’est leur  langue.  30%  de  nos  patients  ne  sont  pas  francophones  et  le  recours  à  un  interprète professionnel s’impose, notamment dans le cadre des consultations psychothérapeutiques, mais pas seulement. Pour ausculter une personne qui a été victime de tortures, le médecin doit beaucoup apaiser par la parole, expliquer, rassurer. Et c’est ce que la Fondation des Entreprises du Médicament a compris et c’est ce qu’elle nous apporte à travers son soutien, dans le cadre d’une convention triennale. C’est un soulagement pour nous. »

 

Fondation des Entreprises du Médicament pour l’accès aux soins