Organisation : *
Courriel : *
Nom Prénom :
Contact Presse

Stéphanie Bou

Responsable du Service Presse et Communication Media

Tél.:01 45 03 88 38

Fax: 01 45 03 88 75

E-mail: sbou@leem.org

Virginie Pautre

Attachée de Presse Senior

Tél.:01 45 03 88 87

Fax: 01 45 03 88 75

E-mail: vpautre@leem.org

Jean Clément Vergeau

Chargé de projets éditoriaux et presse

Tél.: 01 45 03 86 82

Fax.: 01 45 03 88 75

E-mail: jcvergeau@leem.org

LES 4 DEFIS DU VACCIN

  • 10 12 15

ATELIER PRESSE - JEUDI 10 DECEMBRE 2015

Le vaccin est chahuté.

Ce bienfaiteur de l’humanité, qui compte à son actif 3 millions de vies sauvées chaque année, dont de nombreuses vies d’enfants (près de 50 % (1)) , subit une certaine désaffection pour ne pas dire une désaffection certaine dans les pays développés et tout particulièrement en France.

 

Les couvertures vaccinales, c’est-à-dire les proportions de population vaccinées baissent dangereusement, au point de provoquer notamment la résurgence de la rougeole en Europe.

 

- Selon l'Organisation mondiale de la santé, "22 149 cas de rougeole ont été rapportés depuis le début de l'année 2014 dans sept pays de la région dont 1 674 cas en Italie et 583 cas en Allemagne ".

- En France, la situation est moins critique mais le virus reste présent : "du 01/01/08 au 31/05/15, près de 23 500 cas de rougeole ont été déclarés en France (dont près de 15 000 cas notifiés pour la seule année 2011). Près de 1 500 personnes ont présenté une pneumopathie grave, 34 une complication neurologique (31 encéphalites, 1 myélite, 2 Guillain-Barré) et 10 sont décédées. Le nombre de cas a fortement diminué en 2012, puis est resté stable en 2013 et 2014 (respectivement 859, 259 et 267 cas déclarés). Entre le 1er janvier et le 31 mai 2015, 199 cas ont été déclarés, dont 151 (76 %) liés à un foyer épidémique ayant débuté mi-avril dans le Haut-Rhin" (2).
Ces cas d’infections sont d’autant plus absurdes qu’aujourd’hui 50 vaccins ou conjugaisons de vaccins sont capables de prévenir 28 maladies infectieuses, dont la rougeole, la rubéole, la coqueluche, les oreillons, l’hépatite B, le méningocoque C …

 

La désaffection pour la vaccination témoigne aussi d’une montée de la défiance vis-à-vis du vaccin, exacerbée par les procès faits au vaccin contre l’hépatite B, à la gestion controversée de la grippe H1N1 … Le vaccin a toujours suscité des craintes : déjà en 1904 au Brésil, la campagne de vaccination obligatoire contre la variole lancée par Oswaldo Cruz avait provoqué des émeutes urbaines à Rio de Janeiro et São Paulo. Aujourd’hui, les adversaires du vaccin se recrutent plutôt sur Internet et sur les réseaux sociaux où ils ont pignon sur Web, via des sites de réinformation, d’opposition voire d’obédience conspirationniste ou complotiste ou via Twitter, Facebook …

 

Leur nébuleuse est étendue, ramifiée et contribue à déstabiliser un peu plus des citoyens français plus enclins que jamais à douter des experts, des politiques…

 

Au travail de sape de la défiance, s’ajoutent les difficultés d’approvisionnement en vaccins. Face à une demande mondiale de vaccins en croissance quasi exponentielle, les producteurs de vaccins sont confrontés à la nécessité d’augmenter la capacité de leur outil industriel ; or cette augmentation de capacité prend des années : une usine de vaccins ne peut être opérationnelle qu’au terme d’un délai de 7/8 ans.

 

Pourtant, la valeur économique du vaccin est incontestable. La vaccination permet des économies significatives en évitant les coûts associés au traitement des maladies prévenues. Aujourd'hui en France, seulement 0,3% du budget de la santé est dédié à la vaccination : 620 millions sur 247 milliards d'euros et le coût total de la vaccination tout au long d'une vie reste compris entre 520 et 1 380 euros par personne en fonction des recommandations vaccinales. Une politique vaccinale dynamique bien menée offre donc une réelle opportunité de contribuer à l'agenda de la croissance de la France et à créer de la valeur.

 

Parce qu’en se vaccinant, on se protège et on protège aussi les autres, la vaccination reste un geste citoyen et une dimension essentielle du vivre ensemble. Il ne peut être question de laisser s’installer le doute et la défiance, ni de remettre en cause la valeur du vaccin mais bien plutôt de relever les quatre défis auquel il doit faire face.

 

Quatre défis à relever …

- Le défi de l’opinion publique : Comment redonner confiance dans la vaccination ?
- Le défi de santé publique : Comment rétablir les couvertures vaccinales indispensables à l’éradication des maladies infectieuses ?
- Le défi industriel : Comment faire face à la demande croissante de vaccins ?
- Le défi économique : Comment faire comprendre la valeur économique du vaccin ?

… Quatre spécialistes, force d’analyses et de propositions

- Gérald Bronner, Sociologue
- Marie-Aliette Dommergues, Pédiatre, infectiologue et membre d’Infovac (3)
- David Lechleiter, Industriel
- Medher Toumi, Economiste de la santé

 

pour que le vaccin soit considéré à sa juste valeur.

 

 

(1)  Communiqué Mars 2015 des pédiatres de l’AFPA et du GPIP d’après chiffres OMS 2009.
(2) INVS. Situation au 1er juillet 2015.

(3)  Ligne directe d’information et de consultation sur les vaccins