PERFORMANCES SOCIALES : favoriser la diversité et développer les compétences essentielles de demain

 

L’industrie du médicament est à la croisée des chemins. Elle doit faire face à un changement de modèle économique dû à plusieurs facteurs d’ordres scientifiques, économiques et sociétaux.
 

Dans ce contexte, les Entreprises du Médicament se mobilisent pour accompagner les transformations des métiers et encourager la diversité.

Tandis qu’un nouvel accord de génération renforce la politique de la branche en faveur des jeunes et des seniors, elles multiplient les actions en direction de l’apprentissage et du renouvellement des compétences. Le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap et la mise en place de conditions de travail responsables figurent parmi ses autres engagements prioritaires.

Notre partenaire clé

Pour le handicap : HandiEM

Sa mission
Créée en 2010, l’association paritaire HandiEM (Handicap Entreprises du Médicament) est chargée de mettre en œuvre les orientations du secteur en faveur de l’insertion et du maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. HandiEM mène un travail de sensibilisation, d’accompagnement, de conseil, de rencontres et de formation auprès des parties prenantes des entreprises du médicament. Pour mener à bien sa mission, un « correspondant handicap » est désigné dans chaque entreprise.

Son fonctionnement
HandiEM collabore avec 250 entreprises représentant près de 68 000 salariés (entreprises dépourvues d’accord spécifiques sur le handicap). L’industrie du médicament est la seule branche industrielle concurrentielle à disposer d’un tel outil de mobilisation.

Ses résultats
Le bilan de l’association à six ans est plus que positif : le taux d’emploi des personnes en situation de handicap a été multiplié par deux entre 2009 et 2016, passant de 1,69 à 3,46 %.
En 2016, 522

Nos actions

Mieux intégrer les personnes en situation de handicap

Depuis le 1er janvier 2015, le secteur s’organise sur la question de l’emploi et du handicap conformément au second accord de branche, qui fixe un objectif de 440 recrutements d’ici le 31 décembre 2019. En 2016, HandiEM a concentré ses efforts sur deux axes de développement prioritaires identifiés dans l’accord :

Le maintien dans l’emploi des salariés handicapés
Cette question représente plus de la moitié des demandes de financement en 2016 : aménagements du poste de travail, mesures d’accompagnement professionnel (formations, bilans de compétences…). Pour s’assurer d’une prise en charge efficace et appropriée des collaborateurs en situation de handicap, 8 programmes de formation adaptés aux acteurs concernés (managers, correspondants handicap, services de santé au travail, partenaires sociaux, acheteurs…) ont été proposés dans les entreprises adhérentes.

Le recours au secteur adapté protégé
Afin de renforcer l’appui au secteur adapté protégé, HandiEM a produit de nombreux supports de communication et outils de formation à destination des entreprises adhérentes (flyers, affiches, brochures, films, guides pratiques..) expliquant aux acteurs concernés les avantages et les modalités de ce type d’achats et de sous-traitance. L’association a également été partenaire, en novembre, d’un forum sur les achats responsables et le handicap, organisé par le réseau Gesat (en charge de la promotion du secteur du travail protégé et adapté), avec le concours du conseil régional Rhône-Alpes-Auvergne.

 

En 2016, deux temps forts ont concrétisé l’engagement du secteur sur la question du handicap au travail :

La participation aux Abilympics
Le Leem et HandiEM ont été les partenaires majeurs de ce championnat international des métiers, qui s’est tenu à Bordeaux les 25 et 26 mars, et dont l’objectif est de valoriser l’excellence professionnelle des personnes en situation de handicap. L’événement a démontré l’implication des Entreprises du Médicament pour favoriser l’intégration de ces personnes dans le monde du travail, et la richesse des opportunités de carrière proposées en son sein, notamment aux plus jeunes. Conférences, ateliers, parcours et jeux ludiques sont venus ponctuer ces journées riches en échanges et en partage d’expériences.

L’organisation d’un séminaire sur le handicap et l’emploi
En marge des Abilympics, HandiEM a organisé, les 24 et 25 mars, le séminaire « Handicap et Emploi comment construire un engagement durable ? ». Il a réuni l’ensemble des acteurs clés de l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises du médicament, dont leurs parties prenantes, responsables ressources humaines, services santé au travail, managers... Soit 115 participants et 30 entreprises du secteur. Témoignages, expertises, échanges d’expériences et de bonnes pratiques ont formé la trame de cet événement.

 

Soutenir en priorité les jeunes et des seniors

Le 20 octobre, les Entreprises du Médicament ont conclu un nouvel accord collectif sur le contrat de génération, qui réaffirme la forte mobilisation des acteurs du secteur en faveur du recrutement des jeunes et des seniors. Malgré un environnement économique contraignant, les partenaires sociaux s’engagent, d’ici 3 ans, sur trois objectifs : 
1. Réserver 30 % des embauches aux jeunes de moins de 30 ans,
2. Réserver 10 % des embauches aux salariés de 50 ans et plus,
3. Augmenter la part des alternants accueillis par les entreprises du médicament de plus de 10 % chaque année.
Cet accord instaure « une coopération intergénérationnelle qui va, à terme, favoriser la compétitivité des entreprises et la préservation du capital humain et des savoir-faire des petites entreprises », estime Michel Ginestet, président de la Commission des Affaires Sociales du Leem.

 

Préparer les jeunes aux métiers de demain
 

Vidéo : Travailler dans l’industrie pharmaceutique, quelles compétences sont recherchées

 

Pour atteindre l’objectif fixé par le nouveau contrat de génération de 3 600 alternants dans la branche d’ici 2018, le Leem poursuit sa mobilisation en faveur de l’apprentissage et de la formation initiale :

En formalisant des partenariats avec des universités
Le Leem continue de les inciter à développer des cursus d’apprentissage (du niveau bac à bac+6, ainsi qu’aux titres d’ingénieurs) en phase avec les attentes des industriels du secteur.

En développant ses propres centres de formation des apprentis (CFA) hors murs
Créés en 2006, les CFA Leem Apprentissage proposent une offre de formation par apprentissage au sein des universités partenaires, du DEUST au Master 2, répondant aux besoins spécifiques des entreprises de la branche. Un échange constant et étroit est instauré avec ces dernières pour veiller à la pertinence des contenus pédagogiques et les réorienter au besoin. En 2016, de nouvelles formations ont vu le jour à Strasbourg, Bordeaux et en Ile-de-France.

En tissant des liens privilégiés avec les facultés de pharmacie
Une étude sur l’insertion des pharmaciens deux ans après l’obtention de leur diplôme a été menée conjointement en 2016. Le Leem a également initié la rédaction d’un guide méthodologique à destination des facultés de pharmacie pour les aider dans la modularisation de leurs diplômes et ainsi s’ouvrir plus massivement à la formation continue en proposant aux entreprises du secteur des modules de formation certifiants.

En sensibilisant le secteur pharmaceutique aux avantages de l’alternance
En 2016, le Leem a organisé trois forums d’alternants (Paris, Dreux et Lyon) pour mettre en relation de jeunes diplômés (ou en passe de l’être) et des TPE/PME ayant des besoins en compétences à plus ou moins long terme. Au menu de ces journées : des ateliers de coaching, des simulations d’entretiens et du job dating. Ces rencontres connaissent un vif succès puisque la fréquentation a doublé cette année, avec 70 entreprises présentes, 200 candidats potentiels et 300 offres d’emploi proposées.

En valorisant les métiers de l’industrie pharmaceutique via l’information et l’échange
Cette année encore, le Leem a participé à plusieurs salons régionaux sur l’orientation (Mondial des métiers à Lyon, Aquitec à Bordeaux, APB à Paris) pour expliquer la grande variété des débouchés dans l’industrie pharmaceutique. Les Entreprises du Médicament étaient également présentes sur les forums des carrières des facultés de pharmacie pour parler de la filière industrie. Enfin, en juillet, le Leem a organisé (en partenariat avec Ariis, Aviesan, l’Inserm et le Labex Lermit) la troisième édition de l’Ecole de l’innovation thérapeutique, qui a réuni, à Rochefort-en-Yvelines, 72 doctorants et chercheurs.

En misant sur une communication innovante, interactive, en phase avec les attentes des jeunes.
Plusieurs nouveaux outils ont été préparés et seront lancés en 2017 : une déclinaison digitale de « L’Odyssée du médicament », une série vidéo sur les métiers, une vidéo sur le secteur et une visite d’un site de production en réalité virtuelle.
 

Orienter le capital humain vers les nouveaux besoins en compétences du secteur

L’évaluation quantitative et qualitative des actions réalisées dans le cadre de l’accord-cadre pour le développement de l’emploi et des compétences (ADEC) a été restituée en février. Les entreprises de moins de 250 salariés, cibles prioritaires de l’ADEC, représentent 76 % de l’ensemble des entreprises bénéficiaires. D’après les données OPCA Défi, 3 823 heures de formation ont été financées, essentiellement sur l’année 2015.
En 2016, le Leem a mené une étude, en collaboration avec l’Observatoire paritaire des métiers, pour mettre en lumière les besoins en compétences dans le domaine des biotechnologies santé et d’analyser leur adéquation avec les formations existantes. Publié en octobre, le « Plan Compétences Biotech et innovation santé 2020 » engage la profession dans un nouveau plan à cinq ans pour renforcer la compétitivité des ressources humaines en biotechnologies santé en France. Des actions concrètes seront mises en place en 2017 dans ce cadre.
Le Leem continue par ailleurs d’encourager la mobilité professionnelle des collaborateurs du secteur. Une refonte du site « Ma carrière dans la pharma » a été initiée en ce sens, afin de rendre plus lisibles les passerelles entre les métiers dans la branche et dans les branches connexes (industries de santé, chimie, agroalimentaire et plasturgie)  au regard des compétences et des formations proposées.

 

Aider les collaborateurs en difficulté

Dans le cadre du régime de prévoyance et de santé des Entreprises du Médicament, un fonds de haut degré de solidarité (HDS) a été mis en place en 2016. Ce dispositif permet la prise en charge partielle de la cotisation des anciens salariés, ainsi que d’autres mesures comme un « fonds social santé », des accompagnements de retour à l’emploi en cas d’arrêt de travail de longue durée, ou le financement d’actions de prévention. Parmi les prestations négociées en 2016 : la mise à disposition des collaborateurs d’une solution personnalisée de prévention du risque cardio-vasculaire, baptisée Santésens.

 

Garantir des conditions de travail responsables

La santé et sécurité au travail est un enjeu fort. Pour accompagner les Entreprises du Médicament dans l’évaluation de l’exposition de leurs salariés aux facteurs de pénibilité, le Leem a élaboré et produit un guide méthodologique. Il sera diffusé en 2017.

Nos perspectives et axes de progrès

En 2017, ces engagements sont confirmés et développés :

• Poursuite des actions en faveur de la prise en compte du handicap via HandiEM : renforcement des actions en direction du secteur adapté protégé et participation avec le LEEM aux WorldSkills, 44e Olympiade des Métiers (en mars, à Bordeaux), développement de partenariats locaux…

• Mise en œuvre des engagements du nouveau contrat de génération, avec un focus particulier sur la formation des seniors,

• Poursuite des actions de formation et sensibilisation des jeunes aux métiers de demain : développement de l’alternance pour viser 5 000 contrats en 2022, participation renouvelée aux salons et forums, création d’un kit de communication pour aider les parents travaillant dans l’industrie à valoriser leur métier auprès des jeunes et des écoles, lancement de la déclinaison digitale de  « L’Odyssée du médicament », diffusion de la série de vidéos sur les métiers, participation au programme national d’éducation Teknik, porté par la Fondation agir contre l’exclusion (Face) et le ministère de l’Education nationale, pour susciter des vocations dans les métiers de la technique et de l’industrie et valoriser les métiers de l’industrie pharmaceutique,

• Poursuite des actions en faveur de la mobilité professionnelle : intégration des personnes en charge de l’information promotionnelle dans le site « Ma carrière dans la pharma », développement d’un maillage territorial pour montrer que des passerelles géographiques sont également possibles,

• Développement des mesures de solidarité prévues par le régime de prévoyance et de santé des Entreprises du Médicament : soutien aux collaborateurs qui peinent à payer des restes à charge importants, aux aidants d’un proche dépendant ou handicapé, ou à ceux qui sont confrontés à une maladie grave ou un décès,

• Diffusion du guide méthodologique sur la pénibilité auprès des Entreprises du Médicament.