PERFORMANCES SOCIÉTALES
agir pour la solidarité et pour garantir la sécurité

Afin d’assurer aux patients l’accès à des produits de qualité, le Leem se mobilise sur tous les fronts (sécuritaire et préventif) contre la falsification des médicaments en sécurisant leur distribution, notamment en Afrique et sur Internet. Renforcer l’engagement du secteur face aux enjeux de développement des individus constitue une autre priorité, aussi bien à long terme que dans l’urgence, à l’échelle d’un continent ou de l’individu. 

Engagement 7 
Lutter en faveur de la qualité des médicaments

Combattre la falsification des produits

Le Leem poursuit sa lutte contre les produits falsifiés qui tendent à se répandre dans les pays développés, notamment via Internet.

Ce combat de santé publique est livré sur deux fronts :

          • La coopération opérationnelle à l’échelle nationale et internationale avec tous les acteurs concernés (pouvoirs publics, douanes, gendarmerie, plateformes d’e-commerce, etc.).

– Collaboration depuis 2014 avec l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) via un accord qui prévoit un échange d’informations et la mise en place d’actions communes pour sensibiliser le public à ce fléau.

– Mobilisation au sein du Comité stratégique de filière des industries et technologies de santé (CSF Santé) en vue d’identifier des actions pour sécuriser l’offre en ligne de produits de santé en France.

– Elaboration (en cours) d’un système de traçabilité de la boîte de médicament dans le cadre de la mise en œuvre de la directive européenne des médicaments falsifiés.

       • La sensibilisation du grand public sur les risques liés à l’achat de médicaments falsifiés et sur les indices permettant d’identifier ces derniers. Cela prend la forme d’actions (charte avec les représentants de plateformes d’e-commerce) et d’outils de communication, à l’instar du webdoc « La contrefaçon comment la repérer ? » ou de la websérie « Médicaments à la maison : la contrefaçon ».

Engagement 8
Renforcer l’engagement du secteur dans le développement humain

Généraliser le bon usage dans les pays en développement

L’accès aux médicaments de qualité dans les pays en développement est un enjeu prioritaire. Comment rendre la santé accessible à tous grâce au numérique ?
C’est la question abordée lors des 17e Rencontres entre le Leem et les pays francophones, qui se sont tenues le 17 mai 2015 à Genève en présence de quinze ministres de la Santé.
Au cœur des débats : les enjeux, atouts et faiblesses de la santé numérique dans ces pays, qu’il s’agisse de m-santé (via les smartphones) ou d’e-santé (via Internet).
L’occasion pour Philippe Lamoureux, Directeur Général du Leem, de souligner que « ces équipements donnent accès à une offre nouvelle en matière de prévention, de suivi
 et du bon usage des produits de santé ».

Après le Cameroun, le Burkina Faso et la Guinée Conakry, le Leem a étendu au Niger son Programme pour le bon usage du médicament (BUM), mené en collaboration avec Synergies Africaines. Le 9 novembre 2015, une délégation du Leem s’est rendue à Niamey, la capitale, pour le lancement officiel de l’opération.
Objectif : contribuer à une meilleure éducation à la santé en proposant des outils pédagogiques (sous version imprimée et numérique) aux enfants d’écoles primaires et à leurs enseignants. Une cinquantaine d’écoles ont d’ores et déjà été équipées.

Aider les populations en détresse

Crises sanitaires aiguës, catastrophes naturelles, conflits… autant de situations auxquelles les Entreprises du Médicament se doivent de répondre.
Afin de fédérer les dons - des produits de santé sous forme de kits d'urgence -, le secteur s’appuie depuis plus de trente ans sur l’association Tulipe.
En 2015, cette dernière est notamment intervenue en République centrafricaine, en Syrie, en Mauritanie, au Laos, en Irak, en Côte d’Ivoire ou encore au Népal.
Tulipe a ainsi distribué 26 tonnes de produits de santé dans 17 pays, au travers de 22 ONG partenaires, grâce à 58 entreprises adhérentes.

 
Soutenir les initiatives de terrain en France

Créée 2008, la Fondation des Entreprises du Médicament pour l’accès aux soins soutient des projets d’acteurs associatifs, de groupements d’intérêt public et de groupements de coopération sociale et médico-sociale œuvrant pour la réduction des inégalités sociales de santé en France.

Depuis sa création, plus de 40 associations, dont de nombreuses associations locales et de petite taille, ont obtenu un financement, soit un investissement de plus de 2,3 millions d’euros en sept ans.

En 2015, un nouvel appel à projets a été lancé et 7 associations ont été soutenues. Dans ce cadre, les collaborateurs des Entreprises du Médicament et du Leem ont été invités à décerner une nouvelle distinction, baptisée le Prix des collaborateurs, à l’un de ces projets. A l’issue d’un vote en ligne, elles ont plébiscité deux associations :

              - Dessine-moi un mouton, pour un projet d’ouverture d’un service dédié aux adolescents et jeunes adultes alors en pleine construction identitaire, concernés par une maladie chronique transmissible (dont le VIH-Sida). 

              - L’association François Aupetit pour la mise en place d’un service spécifique d’information sur les droits et d’accompagnement visant à favoriser ou optimiser l’employabilité des personnes atteintes de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin.
 
Valoriser le patient et ses proches


Révélation des lauréats des prix "Paroles... par LeemFrance

Chaque année, deux prix consacrent le témoignage de patients face à la maladie.

Depuis 2008, le prix littéraire Paroles de Patients distingue l’auteur d’un ouvrage consacré à la façon d’aborder la maladie (la sienne ou celle d’un de ses proches), tandis que son « petit frère », Talents de Patients, créé en 2014, prime des témoignages sur la maladie n’ayant pas fait l’objet d’une publication en librairie (vidéos, blogs, poèmes, romans graphiques, etc.).

En 2015, deux jeunes femmes ont été récompensées lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 15 octobre 2015 au Majestic, à Paris :

• Charlotte de Vilmorin, pour son livre « Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque » (édité chez Grasset) remporte le 8e prix Paroles de Patients,
Marine De Nicola, avec son clip « Shave it Off », décroche le 2e prix Talents de Patients. Avec 1 562 « like » sur 5 000 suffrages, elle obtient aussi le « Coup de cœur des internautes » invités pour la première fois à soutenir leur œuvre préférée sur Facebook. Arrivée en deuxième position, la pièce « Dame  Ô » de Fabrice Garcia remporte la « Mention spéciale des internautes » avec 836 « like ».

Une plateforme dédiée à ces deux prix a été créée afin de mettre en avant les œuvres primées et de préparer l’édition 2016.
 

NOS AXES DE PROGRES

L’année 2016 est placée sous le signe de la continuité :

• Poursuite des actions de lutte contre la falsification

• Suivi des travaux en cours sur la sécurisation de la chaîne du médicament pour la sécurité des patients

• Poursuite du déploiement du Programme du bon usage du médicament en Afrique et des rencontres Leem/pays francophones sur la santé et le numérique. Organisation, début 2016, d’un séminaire consacré aux enjeux et défis du marché pharmaceutique en Afrique 

• Poursuite des actions de la Fondation des Entreprises du Médicament pour l’accès au soin en faveur de la réduction des inégalités sociales de santé et de la précarité en France

• Poursuite des actions d’urgence dans le monde de l’association Tulipe

• Préparation de l’édition 2016 des prix Paroles de Patients et Talents de Patients