Compétitivité

Vallée de la mort : comment la franchir ?

La question cruciale pour les sociétés de biotechnologies santé est de savoir traverser sans périr la redoutable « vallée de la mort », qui sépare l'idée et la découverte d’une nouvelle entité thérapeutique des essais cliniques démontrant l'efficacité et la sécurité du produit.   C’est un défi permanent auquel sont particulièrement confrontés les entrepreneurs de biotechnologies santé, car la première preuve de concept (efficacité et sécurité) nécessite des investissements lourds sur trois à cinq ans avant de passer aux études cliniques à grande échelle.

Quel est l’avenir de la production industrielle en France ?

La production pharmaceutique en France possède des atouts fondés sur un tissu industriel de 224 sites dotés d’une expertise technologique et logistique développée. La France continue de compter parmi les grands producteurs mondiaux et occupe la deuxième place en Europe en termes d’emploi.   Elle est cependant fortement concurrencée par ses voisins européens. Il est urgent de renforcer les positions dans la production de médicaments  traditionnels, mais également de développer la bioproduction (vaccins notamment), génératrice d’investissements.

Comment favoriser l’innovation pour les patients ?

La baisse de productivité de l’investissement pharmaceutique en R&D ne peut trouver de solution qu’en multipliant les innovations de rupture engendrées par la convergence de nouvelles technologies exploratoires, l’extraordinaire accumulation de données et par le développement fulgurant des réseaux et de la connectivité.   Ces innovations, qui constitueront les solutions de santé demain, doivent aussi bénéficier d’une reconnaissance adaptée permettant aux patients un accès sûr et rapide.

L’industrie du médicament est-elle encore innovante ?

Le parcours de l’innovation thérapeutique est un chemin semé d’embûches, reflet de la complexité du vivant.   En franchir les étapes exige une interdisciplinarité constante, bouleversant les processus établis. C’est un défi que relèvent les industriels en imaginant de nouvelles formes d’organisation et de nouveaux modèles de collaboration. Ils sont entrés dans l’ère de « l’innovation ouverte ».

En quoi l’Initiative médicaments innovants va-t-elle stimuler le secteur pharmaceutique européen ?

L’industrie pharmaceutique européenne joue un rôle clé dans la recherche et l’innovation médicales.   Face à l’accélération de la concurrence des États-Unis mais aussi des pays émergents, les industriels  de  la pharmacie se sont engagés aux côtés de l’Union européenne dans une initiative conjointe, l’Initiative Médicaments Innovants (IMI) pour innover « autrement » et garder leur leadership en matière de recherche.

De quel écosystème a besoin l’industrie du médicament pour rester compétitive ?

Les entreprises du médicament dépendent étroitement des avancées de la recherche fondamentale, et plus largement de l’état de la science, pour mettre au point de nouveaux produits, gagner de nouveaux marchés et investir dans leur propre R&D.   La création de connaissance et sa diffusion sous toutes ses formes sont désormais au cœur de la création de valeur et exigent un écosystème « fluide » propice à l’innovation.

La France est-elle encore compétitive dans le domaine du médicament ?

La compétitivité française dans le domaine du médicament semble se dégrader lentement et inexorablement, en dépit des signaux d’alerte répétés lancés par les industriels. Pourtant, « la santé et l’économie du vivant ouvrent des espaces de plus en plus larges de recherche, d’innovation et de développement industriel où la France doit être présente3 ».

Les biotechnologies, clés du développement économique de l’industrie du médicament ?

Les industriels du médicament font de plus en plus souvent appel aux biotechnologies pour découvrir, tester et produire de nouveaux traitements (vaccins, protéines recombinantes, anticorps monoclonaux…), mais aussi pour identifier et comprendre les causes des maladies.   La présence d’un tissu de jeunes entreprises de biotechnologies est donc source d’innovations majeures, et son renforcement un axe stratégique des industriels de santé.

La France est-elle dans la course de la bioproduction ?

Les anticorps monoclonaux, particulièrement utilisés  dans le traitement des cancers, les protéines recombinantes comme l’insuline  ou encore les vaccins sont des outils indispensables au traitement de nombreuses pathologies.   La bioproduction de lots commerciaux de ces médicaments issus du génie génétique est un des maillons clés de la chaîne de fabrication de ces médicaments innovants. La France possède une bonne capacité de bioproduction qu’elle doit rendre encore plus performante, tant en qualité qu’en anticipation et maîtrise de nouveaux procédés.